La bonne distance entre le porteur de balle et le défenseur

Défendre sur le porteur de balle impose au défenseur de s’adapter à l’attaquant. En effet, on ne défend pas de la même manière sur un shooteur ou un dribbleur. La distance entre le porteur de balle et le défenseur est très importante et nous allons voir comment la gérer.

Comment gérer a bonne distance entre le porteur de balle et le défenseur ?

1-Une distance de bras

Etre à une distance de bras est à peu près égal à moins d’un mètre. Le but est de ne pas laisser un shoot facile, ni de se faire passer trop facilement après un dribble. Cette distance permet de contrôler le porteur de balle sans trop prendre de risque.

En général, on utilise cette option lorsque l’on défend sur un joueur qui possède un bon shoot mais qui peut aussi dribbler. Le meilleur moyen pour le défenseur est d’imaginer une bulle autour de l’attaquant pour être toujours à une distance de bras de l’attaquant.

2-Un mètre

Cette option est prise lorsque l’attaquant n’a pas un bon shoot et est plutôt rapide. Ses 2 seules options seront donc le dribble ou la passe. Le défenseur sera prêt à contester le départ en dribble de l’attaquant, la distance d’un mètre lui permettant de na pas subir la vitesse de l’attaquant.

Cependant, avec cette option, l’attaquant à le temps pour regarder le jeu, le déplacement de ses coéquipiers et ainsi distribuer le jeu. Le porteur de balle aura donc le temps d’ajuster ses passes.

Exemple: En NBA, le défenseur de Rajon Rondo lui laisse 1 mètre car il a un très mauvais shoot (photo article)

3-Avant-bras

Etre à une distance d’avant bras permet “d’étouffer” le porteur de balle.Il ne faut pas lui laisser d’espace pour dribbler, armer son shoot ou même regarder le déplacement de ses coéquipiers. Le défenseur doit rendre chaque chose difficile pour l’attaquant.

En général, on garde cette option pour le meilleur attaquant adverse ou sur un shooteur afin de limiter son impact sur le match. Cette option va être très épuisante pour le défenseur et il aura donc moins d’énergie pour attaquer.

Attention à na pas faire d’antenne sur l’attaquant, en laissant votre avant-bras collé à l’attaquant, sinon l’arbitre peut siffler faute.

Exemple: Kawhi Leonard défendait comme cela contre LeBron James (joueur ultra-complet) lors des Finales 2014 entre le Heat et les Spurs  pour limiter son impact sur le match

 

Avant de choisir telle ou telle option il faut tout d’abord analyser le jeu de l’attaquant adverse. Pendant le match, vous pouvez également changer d’option pour déstabiliser l’attaquant et ainsi ne pas l’habituer à un certain type de défense. Bien sur il faut également respecter les principes défensifs qui sont rappelé juste ici.

N’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous dire laquelle de ces options vous utilisez !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *